Contents area

Collaboration internationale entre services météorologiques nationaux

3 November 2021, 2 Comments

Dans le cadre d’un projet international, MétéoSuisse transmet un savoir-faire en météorologie et en techniques d’observation au service météorologique national du Tadjikistan (Tajik Hy-dromet). D’une part, nous le conseillons pour la construction et l’exploitation de stations de mesure économiques et, d’autre part, nous l’aidons à mettre à profit l’intelligence artificielle pour obtenir de meilleures prévisions. Les nouvelles données d’observation et les nouvelles techniques contribuent à améliorer les prévisions météorologiques régionales. Cet engagement s’ajoute à une série d’activités menées par MétéoSuisse pour renforcer l’échange de données, d’expériences et de technologies dans le domaine météorologique et climatique à travers le monde.

Steppe au Tadjikistan (photo : Thomas Lipke, unsplash.com)
Steppe au Tadjikistan (photo : Thomas Lipke, unsplash.com)

Les régions montagneuses présentent une difficulté particulière pour les services météorologiques et climatiques, car de grandes différences peuvent survenir et évoluer rapidement sur de faibles distances. Un réseau dense de mesures météorologiques est donc indispensable à une bonne qualité de prévisions et d’informations sur le climat.

Approche innovante

Ce projet international a vu le jour à l’initiative de Caritas Suisse, en collaboration avec de nombreux partenaires, parmi lesquels l’Institut du WSL/FNP pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF), l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’International Center for Agricultural Research in Dry Areas (ICARDA), et bien entendu, MétéoSuisse. Au niveau gouvernemental, les relations avec le Tadjikistan sont principalement assurées par la Direction fédérale du développement et de la coopération (DDC).

Grâce à son approche consistant à rehausser la densité de stations d’observation et de données de mesure, ce projet est prometteur. Tajik Hydromet et Caritas se sont lancés dans une nouvelle stratégie, en utilisant des capteurs bon marché, de sorte qu’un maximum de stations peuvent être mises en service pour un coût financier limité. En dehors de la quantité, toutefois, il est également important de connaître la qualité de ces capteurs. C’est pourquoi MétéoSuisse a déjà réalisé des mesures de comparaison avec les appareils habituels et engagé les premières optimisations.

Enlargement: Figure 1. Mesures de comparaison d’un appareil de mesure de la température à la station de Payerne de MétéoSuisse avant son installation au Tadjikistan.
Figure 1. Mesures de comparaison d’un appareil de mesure de la température à la station de Payerne de MétéoSuisse avant son installation au Tadjikistan.
Source : MétéoSuisse

Dès qu’une nouvelle station de mesure fournit des données fiables au Tadjikistan, ces données peuvent être utilisées pour améliorer les prévisions météorologiques à cet endroit. Elles permettent en outre, par un procédé dit de post-traitement, de corriger les prévisions brutes de modèles, qui ne simulent la situation météorologique qu’à une résolution relativement sommaire. Les outils statistiques et, de plus en plus, les méthodes de l’intelligence artificielle jouent un rôle essentiel à cette fin. MétéoSuisse travaille activement à la mise au point de tels procédés de post-traitement (publications scientifiques les plus récentes sur le post-traitement des prévisions de température et de nébulosité)  et aidera Tajik Hydromet à les déployer dans ses nouveaux sites de mesure pour obtenir de meilleures prévisions locales.

Ce projet de Caritas offre l’occasion à MétéoSuisse d’acquérir une précieuse expérience des capteurs bon marché et de leur entretien, ainsi que de techniques innovantes de transmission de données. L’utilisation du plus grand nombre possible de stations météo équipées de sondes de mesure moins sensibles sur le plan qualitatif appartient également aux sujets d’actualité brûlants pour MétéoSuisse. En effet, de plus en plus d’appareils d’usage quotidien mesurent des paramètres météorologiques et mettent ces mesures à la disposition du grand public sur des portails de données. Le potentiel de données météorologiques supplémentaires qui en résulte est immense, mais pour l’exploiter, et améliorer ainsi à terme les services météorologiques et climatologiques, il faut des méthodes capables de saisir les informations primordiales malgré les imprécisions dans les mesures individuelles.

Ce projet est donc mutuellement bénéfique pour les deux services météorologiques impliqués. Et l’expérience de MétéoSuisse dans la collaboration internationale (Projets internationaux de MétéoSuisse) a montré qu’un avantage mutuel est un élément déterminant pour la réussite de projets de ce type.

Collaboration internationale

La collaboration internationale repose sur une longue tradition dans la météorologie et la climatologie. L’OMM est d’ailleurs la deuxième agence spécialisée la plus ancienne des Nations Unies pour une bonne raison : la météo et le climat ne s’arrêtent pas aux frontières nationales. Au final, tous les pays récoltent les fruits d’un transfert de connaissances entre services météorologiques et de meilleures données d’observation dans les régions reculées. Les prévisions météorologiques sont notamment établies sur la base de modélisations de grands centres tels que le CEPMMT (ou ECMWF) qui utilisent les données d’observation du monde entier et profitent directement de leurs améliorations, particulièrement dans les régions qui n’ont encore qu’une faible densité de mesure à ce jour. Étant donné que les prévisions du CEPMMT servent également de fondement aux prévisions météo en Suisse, l’amélioration des prévisions au Tadjikistan sera aussi utile indirectement à la Suisse.

Informations complémentaires :

La fonction de commentaires a été désactivé pour ce poste.
Contact form

Comments (2)

  1. bill, 06.11.2021, 09:18

    Merci pour ce bel article

  2. Jonathan de Meris, 03.11.2021, 14:27

    Bel article, merci pour ce partage de connaissances avec les pays qui manquent de développement en matière de météorologie 👍